Ubaye04 - Pour le plaisir des yeux

Ubaye04 - Pour le plaisir des yeux

Oiseaux


Photos perso - 2016-02-18 - 12 h 12 - Monsieur et Madame "Merle"

2016-02-18 (1).JPG

 

 


2016-02-18 (2).JPG

 

 


2016-02-18 (3).JPG

 

 


2016-02-18 (4).JPG


18/02/2016
1 Poster un commentaire

Animaux - Belles photos (diaporama)

 

 

 

Mouettes.jpg

 


21/02/2015
4 Poster un commentaire

2014-08-17 - Oiseaux - Belles photos (images du net)

Hibou tacheté.jpg

Hibou tacheté

 

 

 

 


17/08/2014
1 Poster un commentaire

2013-12-02 - Magnifique Nature - Oiseaux (images du net) (Diaporama)

Pinsons.jpg

 

 

Animaux (4).gif


02/12/2013
1 Poster un commentaire

2013-11-18 - Aux voleurs... de glace (photos du net) (Diaporama)

ScreenShot008.jpg

 






2di4sr9 tube.gif


18/11/2013
2 Poster un commentaire

2013-11-02 - Hiboux - Magnifiques photos trouvées sur le net (Diaporama)

Hiboux.jpg

 


02/11/2013
1 Poster un commentaire

Mes locataires depuis 1 an...

Mes locataires depuis 1 an...

 04/05/2012

 


24/05/2013
3 Poster un commentaire

Mes amis à plumes devant mes fenêtres... (2 Diaporamas)

Rouge-gorge 0.jpg

 

 

 

 

Huppe fasciée

 

Nom scientifique : Upupa epops

Famille : upupidés

Taille : 26 à 32 cm (bec : 5 à 6 cm)

Envergure : environ 45 cm

Poids : 55 à 80 grammes

Âge maximum : 11 ans

Aspect

La huppe fasciée est le visiteur le plus spectaculaire de nos pelouses (surtout dans le sud de la France).

C'est un splendide oiseau avec son appendice plumeux sur sa tête. Cette crête, qui peut être dressée en éventail, lui a donné son nom.

Elle possède un bec effilé qui est utilisé pour extraire du sol des larves et des insectes. S

on plumage est d'un orange-rosé foncé et elle a les ailes et le dos rayés de noir.

Comportement

C'est un oiseau très timide, qu'on ne voit souvent qu'en vol.

Portée par des ailes arrondies, son vol onduleux la fait ressembler davantage à un papillon géant qu'à un oiseau.

Par contre au sol, elle demeure insaisissable et très difficile à découvrir à moins d'entendre son cri très particulier un « houp-houp-houp » trisyllabique sourd, perceptible de très loin.

Sur le sol, elle dresse sa huppe fauve aux extrémités noires et déambule ensuite sur la pelouse en plongeant son long bec recourbé dans le sol.

La huppe fasciée fréquente généralement les parcs, les vergers et les zones agricoles ouvertes, mais on la rencontre également dans les parages des habitations, où elle arpente les pelouses et les sentiers à la recherche de larves d'insectes.

Elles se reproduisent dans les trous des arbres ou dans les bâtiments.

Comme de nombreux oiseaux, elle préfère se baigner dans la poussière et non pas dans l'eau.

Habitat

La huppe fasciée affectionne les bocages, les prairies et les régions semi-boisées, et visite volontiers les jardins, les parcs et les vergers, surtout s'ils comportent des zones ouvertes lui permettant de se nourrir.

Aire de répartition

Les huppes fasciées fréquentent surtout le sud de l'Europe, mais elle peut être aperçue quelquefois dans le nord de l'Europe par très beau temps en été. Il se peut alors qu'un couple y reste nicher et, si la température continue à se réchauffer.

Écologie et comportement

Peu farouche, elle arpente les pelouses pour capturer des larves, des vers et de gros insectes, qui sont attrapés au sol ou en sondant le sol avec son long bec. Prend parfois des lézards.

Alimentation

Essentiellement insectivore, la huppe capture la grande majorité de ses proies au sol.

Diverses espèces d'insectes (scarabées, grillons, fourmis, courtilières, chenilles, larves diverses, etc.) et de petits invertébrés (mille-pattes, limaces, escargots dont elle casse la coquille) figurent à son menu, mais elle recherche spécialement les insectes colonisant les bouses et déjections de mammifères, qu'elle capture avec son long bec recourbé.

Il lui arrive aussi de capturer de temps en temps des insectes en vol ou sur ou dans le bois-mort.

Elle se nourrit de même de sauterelles, criquets et petits serpents.

Les anciens égyptiens le nommaient "Le purificateur d'Egypte".

Mangeoires

La huppe fasciée visite rarement les mangeoires, mais pourrait s'y nourrir si elle y trouvait des vers de farine, des chenilles et des larves de fourmis dans une assiette.

Reproduction

Période de nidification : mai à juillet.

Nombre de couvaisons : Habituellement une seule couvée, exceptionnellement deux.

Nombre d'œufs : 5 à 8 œufs jaune-vert olive.

Incubation : 15 à 19 jours.

Nid : Les huppes nichent généralement dans des trous d'arbres, de murs, de bâtiments et de ruines. 

Type de nichoir : Elle peut utiliser des nichoirs fermés.

Trou d'envol: 60 mm. Profondeur intérieure: 250 mm, Plancher: 150 x 150 mm.

Envol : 3 à 4 semaines.

Migration

Les huppes européennes migrent en général jusqu'à l'Afrique tropicale pour passer la mauvaise saison.

L'hivernage est accidentel en France, les rares cas signalés concernent probablement des oiseaux blessés ou affaiblis.

En France, son arrivée est précoce, enregistrée dès la fin février dans le Sud, en mars ou avril dans les régions plus septentrionales.

Elle quitte ces latitudes dès qu'elle a terminé sa nidification, au mois d'août et plus rarement en septembre.

Menaces et conservations

Modification du milieu de vie La modification du milieu de vie de la huppe fasciée, c'est-à-dire le bocage, depuis le début des années 1950 par les méthodes de l'agriculture productiviste (disparition du pâturage extensif, remembrement, destruction des vieux arbres et des haies champêtres) est la menace la plus sérieuse qui pèse sur cette espèce.

Pesticides

L'épandage massif de pesticides pour lutter contre les insectes ravageurs des cultures nuit à la huppe fasciée car ils suppriment les gros insectes comme les hannetons, les capricornes, les lucanes cerfs-volants ou les carabes qui forment la base de son alimentation.

D'autres espèces d'oiseaux se nourrissant de gros insectes, comme la chevêche d'Athéna, souffrent aussi de cette pollution.

Statut de conservation

La huppe fasciée est une espèce en régression en Europe occidentale et méridionale.

Depuis 1950, elle a disparu de la limite nord de son aire de répartition (Benelux, pays scandinaves) et a vu ses effectifs régresser dans plusieurs pays, dont la France (en particulier au nord de la Loire), mais aussi la Turquie et la Russie.

Depuis 1990, les populations sont cependant stables (et parfois en augmentation) dans la majorité des pays d'Europe centrale et orientale, de la Suisse à la mer Noire.

Protection

La Huppe fasciée bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis 1981 (arrêté du 17 avril 1981 abrogé et remplacé), voir l'arrêté du 29 octobre 2009 fixant la liste des oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection .

Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les oeufs et les nids et de détruire, altérer ou dégrader leur milieu.

Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter.

De plus, la huppe est protégée par la loi dans la plupart des pays européens.

Elle n'est pas recherchée par les chasseurs, même si certains en tuent parfois (illégalement) dans certains pays, comme en Roumanie et à Malte.

Par contre, elle est plus souvent capturée en Afrique du Nord, où certaines parties de son corps sont utilisées pour des pratiques médicales et "magiques".

 

Préservation de l'habitat naturel

La préservation du bocage et notamment l'entretien des vieux arbres à cavités comme les chênes, les châtaigniers, les hêtres et des haies champêtres favorise la sauvegarde de la huppe fasciée.

La limitation stricte des épandages de pesticides assurera également la survie des gros insectes, base de l'alimentation de la huppe.

 

Pose de nichoirs

Localement, la pose de nichoirs a pu permettre la conservation de l'espèce, voire son retour dans des régions où elle avait disparu, comme en Suisse romande.

 

 

 

 

 


24/05/2013
0 Poster un commentaire