Ubaye04 - Pour le plaisir des yeux

Ubaye04 - Pour le plaisir des yeux

06 - Eze


06 - Eze (diaporama)

00 - 06 - Eze - général (12) - Copie.jpg

 

ÈZE

 

Èze est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont les Ézasques.

 

La commune s'étend sur un territoire escarpé, allant du bord de mer où un hameau forme Èze-sur-Mer (appellation reprenant le nom de la gare d'Èze-sur-Mer tandis que le panneau routier indique Èze-Bord-de-Mer), jusqu'au piton escarpé où de vieilles maisons pittoresques et médiévales forment Èze-Village.

 

Le quartier Saint-Laurent-d'Èze relie le bord de mer au village.

 

A Saint-Laurent-d'Èze, après les feux volontaires et terribles des années 80, beaucoup d'habitants locaux y firent construire leurs villas.

Le col d'Èze est situé à proximité de la commune.

 

Lieux et monuments

 

Le village propose au sein de ses ruelles labyrinthiques, de nombreuses boutiques d'artisanat d'art. Le tourisme est la principale ressource de la commune.

Un château en ruines abrite maintenant un jardin exotique à la vue extraordinaire, et surplombe un cimetière où reposent quelques personnalités.

 

A recommander :

 

le chemin Nietzsche partant du bord de mer et serpentant sur une pente raide jusqu'au village perché. On dit que Nietzsche, logeant à la fin de sa vie à Nice, malade, entreprit l'ascension de ce chemin, et devant la difficulté de la tâche s'en inspira pour écrire Ainsi parlait Zarathoustra.

La devise de la cité est Isia Moriendo Renascor et son emblème est un Phénix perché sur un os. Elle a pour signification: en mourant, je renais.

 

- Sentier de Nietzsche
- La Poterne
- Place du Centenaire
- La Placette
- Place du Tribunal
- Le Château de la Chèvre d'Or 
- Place du Planet 
- Maison Riquiers
- Chapelle des Pénitents Blancs
- Place Francis Blanche
- Le Château Eza
- La Porte des Maures
- L'Eglise baroque Notre Dame de l'Assomption
- Le Cimetière
- Le Jardin d'Eze
- Les ruines du Château d'Eze

 

Eze et ses Légendes

 

Eze, cité médiévale où les gens vivent depuis plus de deux millénaires est aussi
une terre de tradition orale, de légendes nées de l'imaginaire ou de l'histoire collective…

 

1 - La Strega

 

A l'époque de Marie Stuart, une délégation de la Maison de Savoie emmenée par le comte Moretti en route pour l'Ecosse fit halte à Nice. Don Riccio, un gentilhomme de la suite, profita de ce temps libre pour découvrir les alentours vers les hauteurs d'Eze. 
A l'orée d'un sentier, son attention fut attirée par des cris stridents. Deux brigands s'en prenaient à une jeune femme. Dégainant son épée, il lui fallu peu de temps pour chasser les malandrins. Ce n'est qu'à cet instant qu'il découvrit la beauté de la jeune femme. C'était une sauvageonne, mais elle possédait la prestance d'une comtesse. La finesse et l'harmonie de ses traits transparaissaient derrière ses cheveux en bataille. Elle, le dévisageait. C'était la première fois qu'un gentilhomme lui prêta attention. Et celui-ci n'était pas mal.

 

- Comment t'appelles-tu ? lui demanda-t-il d'une voix douce.

- "Catarina, la Strega, diseuse de bonne aventure" répondit-elle un peu intimidée.

-Moi, c'est Don Riccio, répondit-il.

 

Il lui proposa ensuite de la raccompagner jusqu'à maison située sur la Grande Corniche au milieu du maquis. Sur le chemin de terre, avec la méditerranée comme horizon, une idylle ne tarda point à naître. Le lendemain, ils passèrent la journée ensemble, dans quelques criques isolées à l'abri des regards. Les heures passaient et Don Riccio devenait de plus en plus sombre.

 

- "Qu'y a-t-il ? lui demanda-t-elle ?"

- "Demain, à l'aube je pars pour l'Ecosse".

 

Catarina supplia Don Riccio de rester, d'abandonner son titre, ses fonctions.

 

- "Avec l'aide de Dieu, nous vivrons ici sans manquer de rien."

 

Don Riccio, refusa. Il devait partir pour se délivrer d'une promesse. Ensuite, c'est juré, il reviendrait vers elle. Chez elle, dans sa maison au milieu des herbes folles. Le cœur brisé elle se résolut à l'écouter et lui promit d'allumer des coquilles d'escargots remplies d'huile, les limaches, pour signaler sa maison dans la nuit.
Don Riccio ne revint pas. Mais au crépuscule, les voyageurs aperçoivent régulièrement des lueurs là haut dans le maquis…

Entre légende et réalité…


David Riccio a réellement existé. Il est né à Pancarlieri près de Turin en 1533. Certains prétendent qu'il était l'amant de Mary Stuart, d'autres qu'il espionnait pour le compte du pape…
Il trouva la mort sous la lame de Darnley le 9 mars 1566 dans le palais de Holyroodhouse à Edimbourg.

A Eze, au moment de la Fête Dieu, les villageois éclairaient les ruelles jusqu'à une date récente de centaines de coquilles d'escargots remplies d'huile pour la procession des Pénitents.

 

2 - Le Moulin Oublié

 

Le long du sentier de Nietzsche, noyés parmi les chênes verts et les lentisques du maquis méditerranéen, on distingue difficilement les ruines d'un ancien moulin à huile dit La Calanca que d'aucuns surnomment Le Moulin oublié tant son histoire est tragique.
Pourtant, tout commençait bien. Batistin, veuf de son état, avait deux fiertés dans sa vie : son moulin et sa fille Floriane, l'une des plus belles filles du village avec ses dents éclatantes, ses cheveux et ses yeux de jais. Un jour alors qu'il broyait ses olives, Louis, le propriétaire de l'oliveraie voisine vint le voir pour lui proposer d'unir leurs enfants et leurs affaires.

Batistin hésitait à en parler à sa fille. Elle si jeune, si éprise de liberté. La marier à son âge, à peine 18 ans même à un notable, est-ce faire son bien ? En outre, elle avait déjà un ami à Eze Bord de Mer. Il se résolut à lui en parler. Floriane pour ne pas déplaire à son père promit d'aller dîner un soir chez eux, mais rien de plus.
Le lendemain et les jours qui suivirent, elle, qui d'habitude était si vive semblait s'être renfermée sur elle-même. Certes, elle continuait à nager et courir dans la garrigue mais elle n'était plus la même.
Et un soir de mai, tout s'enchaîna très vite. Batistin découvrit une lettre rédigée par Floriane dans laquelle elle annonçait son intention de se jeter dans le ravin du Gaffinel. Batistin courut comme un fou jusqu'au ravin chercher le corps de sa chère fille. Il le déposa dans le moulin puis ivre de douleur et de culpabilité il mit le feu à la bâtisse.

De Floriane et de Batistin, les Ezasques ne découvrirent aucune trace. Mais, au milieu des cendres et des poutres calcinées la lettre gisait dans un coin, miraculeusement épargnée par les flammes par un linteau pierre. 
Floriane y avouait son désarroi et son malheur. Elle attendait un enfant. Mais elle ignorait s'il s'agissait de celui de son ami ou du fils du propriétaire de l'oliveraie qui l'avait abusée le soir du dîner. Et plutôt que de subir la honte de porter un enfant dont elle ignorait l'identité du père, elle avait préféré mettre fin à ses jours. Voilà pourquoi de puis ce jour on surnomme ce moulin Le Moulin oublié car tous les habitants du village voudraient oublier cette histoire.

 

3 - Le Pont du Diable

 

L'édification entre 1911 et 1914 de l'important viaduc qui enjambe du haut de ses 80 mètres le ravin du Gaffinel permit l'achèvement en 1927 de la Moyenne Corniche. Mais dans le village le bruit court que sa construction se fit seulement en l'espace d'une nuit avec l'aide des puissances des ténèbres…
Un paysan, lassé de perdre chaque jour plusieurs heures de marche pour rejoindre ses restanques (ses champs en terrasses) de l'autre côté du ravin, passa avec le Diable un marché : un pont en échange de l'âme du premier être vivant qui le traversera. Toute la nuit le paysan ne put dormir, torturé par l'idée de sacrifier une innocente victime.

Un notable ? le curé qui bénirait l'ouvrage ? La question demeurait sans réponse.
Au petit matin, il se présenta sur la route et découvrit un superbe pont de huit arches en pierres de taille… mais il découvrit aussi le Diable de l'autre côté attendant son du.
Soudain le berger ramassa un bâton et le lança sur le pont, son chien se précipita pour l'attraper offrant du même coup son âme au Diable. Satan, dépité de s'être fait une nouvelle fois berné, tourna les sabots se promettant qu'on ne lui le reprendrait plus.

 

4 - La Baie d'Eze

 

Aujourd'hui, la baie face à Eze Bord de Mer s'appelle "La Mer d'Eze". Mais savez-vous qu'il y a bien longtemps, elle portait un nom beaucoup plus poétique : "La baie des lucioles". C'est un pêcheur qui la baptisa ainsi, séduit par le charme et la beauté du lieu. 
Chaque jour il y mouillait ses filets admirant l'azur de la Méditerranée, le chatoiement des feuilles d'olivier sous le soleil et la clarté de la montagne toute proche plongeant dans la mer, avec à son sommet la silhouette du petit village d'Eze.

Un jour le Diable lui apparut et lui demanda de retirer ce nom si enchanteur. Le pêcheur lui proposa alors un marché. A la nuit tombante chacun embarquera à bord d'un pointu et celui des deux qui arrivera à maintenir son embarcation éclairée jusqu'aux premières lueurs de l'aube aura gagné. Le Diable s'empressa d'accepter jugeant qu'il serait facile d'illuminer une barque pendant quelques heures. 
Malheureusement pour lui, les diablotins remontés des enfers à cette occasion souffrirent du mal de mer et ne purent accomplir leur mission. Le Diable les vit s'éteindre les uns après les autres tandis que le bateau de notre brave pêcheur continuait d'être entouré d'un doux halo lumineux, du aux centaines de lucioles accrochées à sa mâture. Au matin, Satan dut admettre sa défaite. Mauvais joueur, il menaça d'infester les eaux de poison si ce nom était adopté. Le pêcheur lui proposa alors de quitter définitivement les lieux en contrepartie de l'anonymat de la baie. C'est la raison pour laquelle pendant de nombreuses années ce rivage ne porta aucun nom.

 

5 - La Chèvre d'Or

 

En Provence la Chèvre d'or est à l'origine de nombreuses récits, sans oublier le roman de Paul Arène La Chèvre d'or publié en 1889. Chaque version possède ses variantes en relation avec l'histoire ou les personnages du lieu. Plusieurs d'entre elles remontent au temps où la région était occupée par les Maures.

On raconte ainsi qu'un Maure, suivant la route tracé par une petite chèvre dans les entrailles d'une montagne, entreprit de cacher son butin composé d'or, de bijoux et de diamants, là où le caprin le mènerait. Sur son chemin, il rencontra successivement une sorcière, des fantômes, des plantes fabuleuses et surtout une bête noire aux dents et aux griffes luisantes et acérés. Un combat à mort s'engagea, combat pendant lequel son or fut réduit en poudre. 
Au terme de ce duel, notre héros parvint à s'échapper de la caverne abandonnant derrière lui ses richesses aux forces obscures. Suivi bientôt de la petite chèvre recouverte de poudre d'or. Le Maure partit vers de nouvelles aventures. L'animal vit toujours dans la montagne, les bergers l'aperçoivent régulièrement. Si vous êtes brave, elle vous guidera vers son trésor, mais si votre cœur est impur ou si vous êtes pleutre, malheur à vous.

 

A Eze, une tradition orale veut que le violoniste yougoslave Zatlo Balokovic en visite dans le village se laissa guider par une chèvre au poil doré vers une bâtisse qu'il restaurera et qui deviendra le célèbre Relais & Château de La Chèvre d'Or.

Selon les dirigeants du Relais & Châteaux de La Chèvre d'Or , l'hôtel doit son nom à sa première propriétaire. Fermière de son état, elle élevait des chèvres dont elle vendait le lait au marché de Nice chaque semaine. Et chaque semaine, elle cachait le produit de ses ventes, des pièces en or (le cours du lait devait être très élevé !), derrière les pierres d'un mur. Lors de la rénovation des lieux, on découvrit son trésor endormi là depuis des années et l'on donna à l'établissement un nom rappelant l'origine du trésor afin que chacun s'en souvienne.

 

 

 

sanstitre1vru.png


29/05/2014
3 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :